🎨 RED CENTER – L’HARMONIE DES COULEURS 🎨

Après avoir fait une première partie de la traversée du désert jusqu’à Coober Pedy, nous voilà entrés dans le vif du sujet : le Red Center avec Uluru, Kata Tjuta, Kings Canyon, et j’en passe ! Pour suivre nos aventures accompagnés d’Antoine et Garance, nos compatriotes belges, c’est par ici !

ULURU – PAS JUSTE UN GROS CAILLOU ROUGE

Vendredi 11 mai. Après quelques heures de route nous voilà enfin dans le Red Center, avec un gros caillou à l’horizon !

Non, ce n’est pas Uluru !

« Euh mais c’est bizarre, on est sensés faire encore 60 kms, vous pensez que c’est Uluru? » Et bien non les gars, c’est Mont Connor en fait ! Il est tout plat sur le dessus, et ne ressemble pas tout à fait à ce à quoi on s’attendait… Ceci explique cela ! Pour notre défense, des énormes cailloux en plein milieu de nulle part, on pensait pas en trouver 2 !

Alors là on ne rigole plus dans la catégorie « spot de dingue pour dormir » ! Antoine et Garance ont repéré un p’tit chemin sur Maps.me, loin de l’autoroute et des vieux freecamp proposés par Wikicamps. On est en pleine nature, sans bruit, avec vue sur Uluru (un peu loin, ok mais bien assez pour nous offrir des superbes levers et couchers de soleil !)

Samedi 12 mai. On se rapproche du fameux caillou et on décide de faire une visite guidée par un Ranger, histoire d’en apprendre un peu plus côté culture aborigène. Très intéressant, nous ne sommes pas déçus de ce p’tit tour au pied d’Uluru.

De plus près, c’est quand même pas dégueu hein !

Petite minute culture, il faut savoir que pour les aborigènes, ce rocher est bien évidemment sacré et ils se battent depuis des années pour que les touristes arrêtent de grimper au sommet. Selon eux, seuls les dieux ont le droit d’y grimper, donc voilà ça fait un peu prétentieux de se prendre pour un dieu, non? Ce n’est pas formellement interdit (enfin pas encore, car la loi va passer tout bientôt), mais le fait d’informer et d’expliquer aux visiteurs le pourquoi du comment a suffi a faire baisser considérablement la grimpette du caillou, et donc de faire passer cette loi. Enfin !

Autre point important dans cette culture : si tu veux connaître l’histoire d’Uluru, (mais c’est valable pour tous les autres sites importants), les anecdotes, l’histoire des creux et des failles dans la roche, à quoi servaient tel ou tel outil, comment les communautés vivaient, leur éducation toutçatoutça, et bien il faut déjà se déplacer à Uluru. C’est pourquoi il était interdit de photographier certaines zones sacrées du site, de manière à ne pas diffuser sur les réseaux et « déformer » leur histoire.

Mais au sein même de leur communauté, la transmission de la culture est un travail de longue haleine. Les enfants apprennent au fur et à mesure, ce n’est pas quelque chose qui leur est dû. Et concernant les blancs, alors là faut s’accrocher ! Ils choisissent de divulguer certaines informations, mais pas toute l’histoire. C’est ainsi.

Par respect donc, je ne vous raconterai pas la passionnante histoire du rocher d’Uluru ! Z’avez qu’à venir, na !

Mais admirez les photos et les couleurs éclatantes grâce à l’appareil photo de Garance (et à son talent évidemment^^ ). Tout droits réservés donc !

Bon quand même ça fait tellement de kilomètres (aller-retour) pour venir ici, alors on en profite à fond! A défaut de grimper au sommet, on va faire le tour du rocher, environ 10 km, pour l’apprécier sous toutes ses coutures !

Petit coucher de soleil où l’on retrouve Laurent et Simone, des potes de Garance et Antoine. Super top feeling, on forme une fine équipe à présent !

Alors y’a du coucher de soleil là ou pas?

On retourne à notre camping adoré, et on s’organise pour la 2ème journée dans le parc national : Kata Tjuta ou les Olgas,

🌄 KATA TJUTA – LA MONTAGNE AUX 36 DÔMES 🌄

Dimanche 13 mai. Nous choisissons le grand tour de Kata Tjuta, la montagne aux 36 dômes. Pas déçus d’avoir attendu le lendemain pour profiter pleinement de l’endroit. Merci à Laurent et Garance pour les photos prises pendant cette balade.

Une fois de plus, on apprécie les lumières du soir, avec un coucher de soleil express sur les fameux dômes.

Convoi du sunset

Ce soir, le feu de camp sera pour 6, plus on est de fous plus on rit !

La photo du séjour, hein Antoine?

👑 KINGS CANYON : LE MEILLEUR POUR LA FIN 👑

Lundi 14 mai. On en prend plein les yeux pendant la marche de Kings canyon. Rude ascension pour démarrer et on se félicite d’avoir choisi cette saison pour venir ici (et non en plein été) car ça aurait été juste impossible.

On se félicite un peu moins d’avoir oublié le drône ce jour là, enfin j’dis ça, j’dis rien.

🌌 MAC DONNEL NATIONAL PARK – DES GORGES ET DES ETOILES 🌌

Mardi 15 mai. Nos chemins se séparent aujourd’hui : Antoine et Garance se font une p’tite piste de 4×4, et nous partons avec Laurent et Simone découvrir Red Bank Gorge.

Contraste vert/orange

On trouve un chouette endroit pour camper, avec une vue à 360 sur Mac Donnel.

On valide ce freecamp

Mais le truc le plus impressionnant a été pour moi le ciel étoilé incroyable que nous avons observé ce soir-là. Même qu’avec des jumelles et l’application qui identifie les étoiles nous avons pu observer Jupiter ! Mais oui c’est pour de vrai ! Avec son anneau et tout! J’étais donc à 2 doigts du torticolis à force de rester la tête en l’air, à tout simplement bader ce ciel magique. J’avais l’impression d’être dans une salle Imax du Futuroscope, avec un dôme étoilé au dessus de ma tête. Enfin vous l’aurez compris, j’ai vraiment kiffé ce moment.

Bonne nuit avec des étoiles plein les yeux

Le lendemain matin, on revient sur nos pas car nous avions pas eu le temps d’aller à Ormiston Gorge, un incontournable de la région. Et qui c’est qu’on voit sur le parking du p’tit village????? Nos amis belges !!!!!!!!!!!!! Oh oui, trop super alors on va tous les 6, découvrir les merveilles de cette gorge.

On apprécie beaucoup la variété des paysages, et surtout la petite touche rosée des roches sur une bonne partie de la balade. Et en fin de parcours, on tombe sur un petit oasis qui se prête bien à une petite session de ricochets.

Le lagon


On atteint ensuite Alice Springs, et c’est le retour à la civilisation, mais toujours en plein désert. Donc on retrouve du réseau, des supermarchés, des restaurants, et des gens ! Mais y’a pas non plus de quoi s’éterniser ici, et Garance et Antoine ont un avion à prendre pour Bali tout bientôt alors on trace la route ensemble et on dit au revoir à Laurent et Simone qui ont prévu un autre itinéraire.

1500 BORNES – 3 JOURS

Nos priorités sont assez différentes quand on voyage, et encore plus dans le désert. On veille à avoir assez d’essence avant de rencontrer la prochaine pompe (des fois on prend des risques mais on aime bien ^^), on fait en sorte de trouver un freecamp pas trop loin des toilettes (car patienter 150km sur de la gravel road, c’est pas top top mais on l’a fait !), dès qu’on croise un shop, on fait le plein de courses pour avoir de quoi manger (et boire hein), et faut trouver des douches, des machines à laver, faire à manger avant que le soleil se couche…. Je me plains pas, hein!, je partage notre quotidien avec vous 🙂

Donc tout ça pour dire que partager ce quotidien avec des copains et ben ça prend tout de suite une autre tournure bien plus rigolote ! 🙂

Donc les 3 prochains jours, on va rouler les gars ! OK ! Pas grand chose sur la route, à part des termitières géantes. Prochain stop : Devils Marbles.

👣 DEVILS MARBLES : DES GROS CAILLOUX TOUT PARTOUT ET C’EST TOUT 👣

Vendredi 18 mai. Petite pause matinale au milieu de tous ces cailloux. On fait donc un p’tit tour, on mange un bout et puis on s’en va. c’était pas dingue, mais c’était l’occase de faire une pause, et de se dégourdir les jambes au milieu des mouches (oui oui, elles osnt toujours là ! )

Sur la route, nous avons croisé de nombreux aigles, en train de guetter leur future proie (en général un pauvre kangourou/wallaby qui vient de se faire écraser), ou déjà en train de dévorer les carcasses. Difficile de photographier ce grand majestueux au bon moment, mais difficile n’est pas impossible pour Antoine et Garance !!!!

🍻 DALY WATERS : POUR LE PUB CA VAUT LE DÉTOUR (qui n’en est pas un) 🍻

Samedi 19 mai. Notre pause du jour se trouve à Daly Waters dont le seul intérêt est de rentrer dans le pub (vous aurez pas de mal à le trouver) et apprécier l’ambiance. Soutifs pendus au plafond, paire de tongs accrochées, plaques d’immat en déco, bref c’est vraiment marrant !

On poursuit notre chemin, pour profiter des sources naturelles de Mataranka ! Mais quelle bonne idée d’avoir tracé pour pouvoir apprécier ce moment !

🐊 MATARANKA : DES SPAS EN PLEINE NATURE 🐊

Ah, on se rapproche des tropiques là ! On a quitté le sable rouge, et les gros cailloux pour laisser place à du vert, des palmiers et de l’eau naturellement chaude. Pas mal comme troc aussi !

On change d’ambiance direct !

Disons qu’après presque 1000 bornes en 2 jours, on apprécie de « taper son cul » (je me transforme en belge ça craint) dans l’eau à température largement appréciable !

ON BARBOTE A BITTER SPRINGS

On se fait donc des sessions masque/tuba vu la transparence de l’eau, on se laisse emporter par le courant, accrochés à la bouée, et on se fait une petite session photos bien sûr !

👋 BYE BYE LES COPAINS 👋

Ce n’est qu’un au revoir bien sûr ! Antoine et Garance remontent donc à Darwin d’une traite, car ils prennent leur avion demain soir et nous on s’arrête à Katherine pour chercher du travail.

On passera donc une nuit et une demi-journée là bas, c’est mort, il n’y a rien et pas non plus de travail dans ce qu’on recherche, et on nous conseille vivement de monter à Darwin directement! J’envoie donc 2 CV pour Ced en mécanique, et 2h plus tard, on reçoit un coup de fil, et hop entretien demain matin !

Lundi 21 mai. Bon, ben, je crois qu’on va aller à Darwin ! Du coup, on retrouve Antoine et Garance (on s’était trop manqués quoi !), on les amène à l’aéroport et on passe la nuit dans un camping hors de prix, avec un voisin un peu particulier.

Taille : 1m80 ; Couleur : jaune et noir ; Son p’tit nom : Brown Tree Snake.

Premier snake !

On fait pas trop les malins (surtout moi) car même s’il est « inoffensif » (en réalité il est venimeux mais sa bouche est tellement petite qu’il n’arriverait pas à nous mordre et nous injecter son venin), ça ferait pas très très plaisir de voir cette bête le matin en se réveillant, ou même n’importe quand d’ailleurs.

On dort quand même la porte ouverte car il fait bien chaud et humide ici. et tout se passe bien !

Nous allons donc passer quelques mois à Darwin, le temps de renflouer le portefeuille avant de découvrir la côte ouest, avec on l’espère, Garance et Antoine qui reviennent de leur pause Bali/Belgique.

Pas de suspense, Ced a eu le job et a attaqué le lendemain (entreprise de locations de vans), et moi je cherche encore (c’est la galère!)… Nous avons rencontré encore 2 belges Tom et Charlotte (décidément!) chez qui on a pu garer notre van en toute sécurité. Ced bosse aussi en extra dans le garage de Tom (oui un mécano en plus !) et nous avons donc accès au confort de la maison ! Plutôt cool ! La suite, ce sera pour un prochain article 🙂

Charlène qui fait les comptes

Découvrez encore plus de photos de l'outback australien ! RDV dans la Galerie Australie - L'outback d'Adélaïde à Darwin

Join the discussion 3 Comments

Un p'tit mot ça fait toujours plaisir !

%d blogueurs aiment cette page :