🌪️UNE ARRIVÉE ÉPIQUE!🌪️

Une chose est sûre, c’est que notre arrivée à Moalboal, on va s’en souvenir car c’était une sacré aventure !

🛥️ BATEAU+ BUS + RE BUS + TRICYLE = 12 HEURES DE TRAJET 🛥️

Samedi 15 décembre. On quitte donc Bantayan, en prenant le ferry jusqu’à Hagnaya. Jusque là tout va bien. (Sauf qu’on réalise avoir oublié nos maillots qui séchaient sur la terrasse du restaurant. Oups ! )
On trouve même un bus qui nous emmène directement au South Bus Terminal de Cebu, où nous devrons prendre un autre bus pour Moalboal. Fastoche !

Beaucoup de circulation en arrivant à Cebu City, donc on arrive au terminus de nuit, il est 20h environ. Tous les bus vont à Moalboal, c’est déjà bon signe. On s’enregistre, on obtient un petit numéro et ensuite on est appelés les uns après les autres pour combler les bus au fur et à mesure. Clim ou pas clim, on verra bien celui qu’on aura. Au final, on monte dans le tout dernier bus (sans clim) à 21h30 et nous avons 3h de trajet… Ce qui est rassurant c’est que nous avons déjà réservé et payé notre hôtel, donc au moins un souci en moins ! Et là tout d’un coup Ced me réveille, le bus est arrêté au bord de la route, il faut enlever nos sacs posés sur le compartiment moteur, car nous sommes en panne !!!!

Il s’avère que le câble d’accélérateur est cassé, donc vas-y que tout le monde se mobilise pour trouver un fil de fer qui fera l’affaire pour le restant du trajet… Hum, tout problème a une solution ! Donc nous voilà repartis, avec notre chauffeur qui accélère à la main (et avec cette même main il passe les vitesses….) !

Old school

Dans ces moments, il aurait mieux valu que je reste endormie mais bon, on serre les fesses et tout va bien ! Chauffeur, merci de nous avoir menés à bon port !

💃 MOALBOAL, SATURDAY NIGHT 💃

Donc un p’tit tour de tricyle pour rejoindre notre hôtel, et il est environ 00h30. Oh, mais y’a personne à la réception, c’est con ! Alors on patiente un peu, on sonne, on appelle 15 fois les 2 numéros de téléphone. On entend ce téléphone sonner mais personne ne décroche. On toque à toutes les portes des employés. Rien à faire. On fouille derrière le bureau de la réception et là miracle ! On trouve le papier de réservation avec le numéro de la chambre qui nous est attribuée : la n°4. Sauf qu’on trouve toutes les chambres mais pas la n°4… Mystère Ô Mystère de la chambre 4 (et non la chambre jaune)

On arrête les quelques passants dans la rue pour leur demander un coup demain, savoir s’ils connaissent les proprios, et à part nous conseiller de dormir sur les bancs de bambou avec les chiens, ils ont pas trop fait avancer le schmilblic. Mais ils ont été plus que gentils à au moins essayer. On trouve 3 numéros de téléphone sur le carnet de réservation, alors on se dit qu’on va tenter le coup ! Mais pas de bol Moalboal), je n’ai pas de réseau téléphonique. On missionne nos parents chéris pour essayer de contacter ce fameux Dindo, pour lui dire de venir nous secourir !!!!!

Soudain, l’agent de sécurité de la résidence voisine a une lueur : nous sommes samedi soir et les employées sont sûrement en boîte de nuit !!! Evidemment ! On pose nos sacs dans le local à outils (oui on a visité toutes les pièces secrètes de l’établissement), et on se dit qu’on va emprunter le scooter de l’établissement car il y a les clefs dessus ! Et re-manque de bol, la batterie est à plat !

Alors, 3h du mat, l’heure parfaite pour aller en boîte de nuit à la recherche de nos hôtes ! Après avoir expliqué notre situation à 2-3 personnes sur place, on a eu le droit à un appel au micro du DJ pour trouver le personnel du « Sisters Inn », mais toujours rien ! Entre temps, mon beau père réussit à joindre le fameux Dindo qui dit arriver dans 10 minutes pour nous sortir de là ! MERCI PATRICK ! On rentre donc à l’hôtel, et là pas de Dindo, mais 2 employées qui arrivent enfin ! Dindo restera un mystère car il n’y a que des filles qui bossent ici, et on a pas cherché à polémiquer en expliquant d’où on avait chopé ce contact etc. On vous rappelle qu’il est maintenant 4h du mat, et on a un peu beaucoup envie de dormir !

La chambre n°4 existe mais, il fallait passer par un autre balcon, et le numéro n’était pas inscrit comme sur toutes les autres portes (forcément!), mais un peu caché au dessus des baies vitrées… Tout ça pour dire qu’on aurait quand même pu s’en sortir par nous même, car les baies vitrées étaient ouvertes ! Et oui ! Salle de bains inondée mais pas d’eau dans les tuyaux, on est pas encore soulagés !

Bref, on verra demain, couchons-nous et on discutera avec le manager après avoir dormi, pour trouver un arrangement pour ce bordel monumental.

🏆UN GROS CON DE PATRON🏆

Bon, il s’avère que le proprio est un abruti de businessman hollandais, pas du tout à l’image de la gentillesse des philippins et qu’il n’a pas tout à fait compris le principe de l’hospitalité, et du service relation client. Donc nous n’obtiendrons rien de satisfaisant en échange du désagrément, son ton était hautain et on s’en ira dès que possible pour trouver un autre endroit plus accueillant ! Il aura gagné un commentaire bien sympa de ma part sur les réseaux sociaux. Trou duk’ !

🐟 SARDINE RUUUUUUUUUN ! 🐟

L’attraction N°1 à Moalboal, c’est la migration des sardines. Elles se déplacent en bancs énoooooormes, genre par milliers, et passent à peine à quelques mètres du bord. Alors on s’en va voir ça, avec le scooter (sans phare, et au pneu à plat – loué dans ce même merveilleux hôtel !). Mais ça c’était avant la discussion avec le boss, sinon vous pensez bien qu’on l’aurait jamais pris là bas !

Je trouve enfin un bikini (un peu petit mais qui fera l’affaire), on loue notre équipement de snorkeling (sacré business au passage) sauf que la moustache de Ced empêche l’étanchéité ! C’est pas grave, on achète un rasoir à 2 balles dans le shop d’à côté, et ciao la moustache !

Adaptation locale

Sur les conseils de notre vendeuse de maillot, on se passe des frais d’accès à la plage de Panagsama (variant de 100 à 500 PHP – ils sont fous ces philippins !) en empruntant une petite ruelle qui nous mène directement sur la plage ! Et là, 2 minutes plus tard, les milliers de sardines qui nous entourent ! Wahou, c’est sacrément impressionnant quand même !

SARDINE RUN

🐢 ET LES TORTUES ? 🐢

Bon, pas de bol (encore!), on aura pas vu les tortues qui sont normalement très faciles à observer près du bord, mais on s’en fout on a croisé Némo, Dori et plein d’autres petits poissons trop mignons !

LA MAISON DE NÉMO

🏖️ WHITE BEACH 🏖️

Lundi 17 décembre. Petite séance matinale de snorkeling du côté de White Beach.

White beach

Toujours pas de tortue, mais encore quelques poissons rigolos, et un serpent !

EXPÉDITION À KAWASAN FALLS

On rend notre bouse de scooter, et on pose nos affaires au Bamboo Hut Resort pour la dernière nuit qu’on passera à Moalboal. Ah là tout de suite, on se sent mieux !

Hobbiton version bambou

L’intérieur est trop cosy, avec un p’tit coin salon à gauche et une chambre dotée d’une moustiquaire à droite. Impeccable ! On recommande vivement, ça donne une ambiance vraiment sympathique et le ventilo est amplement suffisant pour passer une bonne nuit dans notre cabane. On récupère donc un scooter ici (neuf pour le coup) et on va manger un bout rapidement avant d’aller voir les cascades de Kawasan.

Oui, la vue nous convient pour le déjeuner !

Après une grosse dizaine de kilomètres, on se fait accoster par des chauffeurs de moto nous disant que l’accès à la cascade est par là, sauf que notre GPS nous indique une autre route. On fait confiance à Maps.me et on trace la route, en se disant que c’est encore un moyen de nous faire payer un truc pas nécessaire…

On arrive donc dans un village, on traverse un terrain de basket et on emprunte des chemins terreux pour finalement se retrouver dans un village pommé avec 3 maisons au milieu.

Un chemin peu emprunté

Les habitants nous conseillent de garer le scoot ici, dans leur jardin en gros, et de continuer à pied. Il se trouve que l’un d’entre eux descendait à la source remplir son bidon de 20L, donc on le suit gentiment dans ce chemin plus qu’escarpé…

Faut dire qu’en tongs on était pas vraiment super équipés, mais on arrive quand même en bas sans catastrophe ! Et là attention les yeux !

Sans filtre

L’eau est plus fraîche que l’eau de mer, mais on y va presque sans hésitation ! C’est le lieu d’arrivée de nombreux sentiers de canyoning, mais nous avons décidé de le faire à notre manière.

Y’a pas foule dans le grand bassin !

On profite des lieux un p’tit moment, Ced s’est encore fait un pote, Josef, en faisant voler le drone, et on s’amuse à sauter dans l’eau magnifique du dernier bassin. Notre canyoning à nous !

SAUT DE L’ANGE

SAUT SYNCHRO

Demi-tour, cette fois-ci il faut remonter le chemin, et petite difficulté supplémentaire, nous sommes trempés tout comme nos tongs donc c’est hyper casse gueule ! Ah oui, puis le soleil cogne à fond ! On fait bien gaffe, Ced terminera pieds nus, et après un gros effort, on retrouve notre scoot et on rentre dans notre cabane en bambou 🙂

On rencontrera Anaïs et David, qui baroudent en Asie pour quelques mois. Soirée super sympa, qui se terminera autour d’une bière et d’une partie de Rummikub, dans le coin salon de notre paillotte ! Svp !

Mardi 18 décembre. C’est vers Oslob que se dirige notre prochain bus, pour rencontrer les énormes requins baleines…

Découvrez encore plus de photos de Moalboal ! RDV dans la Galerie Philippines - Les Visayas Centrales d'île en île

Un p'tit mot ça fait toujours plaisir !

%d blogueurs aiment cette page :