Après les péripéties à notre arrivée sur Palawan, voici le récit de la plus belle semaine de notre périple, passée en compagnie de Michael, l’hôte en or et ses amis, ainsi que Maurizzio, Franzi et Oliva les volontaires du Vue Grande Hilltop.

🧘‍♀️ L’ENDROIT RELAX, DÉTENTE ET BIEN-ÊTRE 🧘‍♀️

Samedi 19 janvier. Premier réveil dans notre hutte paradisiaque, réveillés par le chant des oiseaux et le lever de soleil. Pas de doute, nous allons passer une superbe semaine ici.

Nous commençons par une petite promenade sur la plage à 2 pas, et on en prend plein les yeux. Pas un chat, juste quelques chiens et des millions de crabes qui forment des micro boulettes de sable, et rendent la plage très agréable à piétiner.

Un jus de mangue dans le gosier, et on rentre à la maison manger un délicieux repas. On prendra vite goût à la cuisine de Mike, il ne se passera pas un repas à l’extérieur de Vue Grande Hilltop. Ce soir, ambiance festive. Ça picole, ça danse, Mauri nous fait une démonstration de bolasses, il maîtrise grave !

Le feu ce soir !

Ced a un petit coup de mou encore, et va se reposer. Pendant ce temps là, j’apprends quelques mots du dialecte local, le Cuyonon, et passe une belle soirée en compagnie des amis de Michael et des volontaires qui partagent un état d’esprit très positif. On forme déjà une famille après même pas 24h passées ensemble. On danse, on chante, les enfants nous font une démonstration de la danse traditionnelle, c’est un chouette moment !

⛰️ HORS DES SENTIERS BATTUS : RANDO AU SOMMET ⛰️

Dimanche 20 janvier. Le temps est à peine couvert alors nous partons tous ensemble faire une petite rando, en suivant notre guide Mike. Celle-ci n’est pas inscrite dans le guide du routard, et le chemin emprunté pas repéré non plus sur Maps.me. C’est l’avantage de vivre avec les locaux, ceux qui connaissent leur village par cœur, et ont déjà arpenté tous les chemins. C’est ce qu’on appelle être hors des sentiers battus.

On emprunte d’abord un raccourci, à travers les rizières, pour éviter de longer la route. Sur notre chemin, on croise des buffles, des fleurs, une rivière, des cocotiers, avant de s’attaquer à la grimpette du mont Dumanom.

Le soleil s’est pointé, donc on crève de chaud mais on continue à monter. On apprécie déjà quelques points de vue, mais on y est encore pas.

Y’a pas les odeurs en photo, ouf !

On arrive au sommet, et nous sommes littéralement en plein cagnard. Pas de panique, Mike sort sa machette et nous ouvre le chemin qui était dégagé l’an dernier, de manière à accéder à l’autre flanc de la colline.

Et voilà le résultat, nous sommes les rois de la jungle !!!!!

RANDO SIBALTAN

En redescendant, nous faisons une petite pause dans la rivière, c’est le moment de prendre une douche ! On a même le shampoing naturel, des feuilles de lawat, desquelles on extrait un liquide semblable à …. un après-shampoing peut-être ? Bon, un peu plus gluant quand même, mais ça fait l’affaire !

Back to nature

Avant de rentrer, Mike va faire son marché, et nous prépare un déjeuner express, mais toujours aussi bon.

La marchande

Fin d’après-midi relax, le hamac est investi, petite sieste pour les uns, lecture pour les autres.

On l’a squatté celui-là

🤹‍♂️ JOURNÉE INTENSE AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE🤹‍♂️

Lundi 21 janvier. Cette journée sera passée à une vitesse incroyable. Pendant que Mauri, Oliva et Franzi partent faire un tour de kayak, on décide de rester sur place et les enfants n’ont pas école aujourd’hui.

Nous avons partagé de supers moments avec les gamins, à jouer, dessiner, fabriquer, rigoler, danser ! Malgré le peu d’anglais que parlent les enfants, on arrive à se comprendre et à expliquer les règles du : 1,2,3 soleil, du râleur, du cache-cache et du trap trap! Retour 20 ans en arrière…Ouch, je sais pas si j’ai déjà utilisé une expression en disant « 20 ans en arrière ».

Le sourire était incrusté dans leurs visages toute la journée, et dans le nôtre évidemment. Cela me rappelle l’expérience de volontariat que j’avais eue en Inde, dans les écoles du Kerala. Ils n’ont pas grand-chose matériellement, mais alors humainement ils sont blindés !

Ced fait un atelier de fabrication d’avions en papier, puis c’est la course à celui qui l’enverra le plus loin.

On continue avec un « je te tiens par la barbichette », puis on enchaîne avec un « Good morning Princess » et « Give me a picture ». Cette fois-ci, ce sont les enfants qui nous expliquent les règles. Ils ont une soif d’apprendre et une vitesse de mémorisation incroyable. Donc nous échangeons quelques mots de français et Cuyonon. J’ai ainsi appris à décrire les parties du visage, et pour ne pas oublier c’est inscrit dans notre carnet de voyage.

Les mots d’amour d’enfants

C’est qu’ils nous ont usés les gosses ! Ils en redemandent encore et encore, mais on est KO et en panne d’inspiration. A ce moment, Franzi vient à la rescousse et leur fait découvrir un nouveau jeu : Ka-ra-té !

Chacun son style

👋 GOOD BYE FRANZI 👋

Ce soir c’est la soirée de départ de Franzi. Alors autour d’une bouteille de Rhum pour les uns et d’une bouteille de Gin pour les autres (nous quand on a soif, on boit de l’eau, et bien eux c’est du gin), on célèbre comme il se doit la dernière soirée de Franzi.

Such a good team

On danse, on chante, on fait la fête dans une ambiance super cool, même si plus l’heure avance, plus on ressent l’émotion nostalgique partagée entre Mike et Franzi.

Il nous l’a dit, on fait partie de sa famille, donc on s’attache forcément super vite, et il ne veut plus nous laisser partir ensuite. C’est un peu ça avec Franzi…

🕵️‍♂️ LA QUÊTE DES 2 C : TROUVER PHILIPPE ET MARIE PAULE 🕵️‍♂️

Philippe, le papa de mon frère, et Marie Paule sont en vacances aux Philippines et en ce moment à El Nido. C’est une vraie galère de communiquer, car nous n’avons pas de réseau sur notre colline, et eux visiblement pas trop non plus. Donc on communique avec en moyenne un délai de réponse avoisinant les 24h dans le meilleur des cas ! Pratique pour fixer un point de RDV !

Mais, quelque chose nous dit qu’on va y arriver quand même…

Mardi 22 janvier. On part faire un tour de l’île avec pour objectif d’arriver sur El Nido et de tenter de retrouver Fifi et M. Paule à leur hôtel. On a l’adresse, c’est déjà ça !

🛵 COURSE POURSUITE EN SCOOTER 🛵

Cette fois-ci, on emprunte la route goudronnée pour rejoindre El Nido. Le pont en bambou et le franchissement de rivière, une fois c’est bien !

En chemin, nous profitons des points de vue sur la côte ouest de Palawan

Par exemple

On retrouve un signal, et on reçoit un message datant de moins de 2h : ils sont sur une plage à Bacana.

C’est parti, nous sommes à 10km de cet endroit, alors on tente le coup ! Évidemment, on ne trouve pas l’accès à la plage, il semblerait que ce soit uniquement par bateau, et on se dit que question timing ça va pas coller. D’autant plus qu’ils n’ont pas vu nos messages, donc peu de chance qu’ils restent là à nous attendre…

On poursuit alors notre chemin, et tant qu’à faire, on fait une petite halte sur la plage de Nacpan.

Un peu trop de monde ici

A 2 MINUTES PRÈS

Nous arrivons à la réception de leur hôtel, et demandons leur numéro de chambre. Bingo ! Ils sont rentrés de leur tour, et sont dans leur chambre. On va sonner, et pas de réponse. Hum, hum. Sous la douche ? Les chaussures sont pourtant devant la porte…

Un employé de l’hôtel vient vers nous et nous apprend qu’ils ont quitté leur chambre il y a … 2 minutes ! Direction la plage ! OK, on fonce !

Juste une question, se sont-ils douchés ou sont-ils partis en vitesse ? Ça pourrait nous indiquer s’ils vont revenir rapidement ou pas… Raté, ils ont changé de vêtements, donc c’est pas gagné !

On longe la plage, en jetant un œil dans les restos du coin, et en imaginant tous les scénarios possibles. Sont ils partis voir le coucher de soleil ? Boire un coup ? Manger un morceau car la journée à été rude ? Acheter des souvenirs ?

Même si le bled n’est pas bien grand, c’est quand même mission impossible de retrouver quelqu’un dans toutes ces ruelles. Mais on tente le coup. On a pas fait tous ces km pour repartir bredouille, et puis on est si près ! Après avoir arpenté la plage et sa rue parallèle, puis visité tous les bars et restos environnant, on retourne à l’hôtel au cas où…

🕯️UNE LUEUR D’ESPOIR🕯️

Et là on apprend une info cruciale, ils n’ont pas longé la plage mais ont tourné dans la première ruelle à gauche ! On y va, c’est notre dernière chance ! Et au bout de cette rue, BINGO ! On les repère tous les deux, autour des stands de magnets et de porte-clefs. Ah, ces touristes !

Trop contents, on raconte notre épopée, et on va manger un bout tous ensemble. Ça change d’ambiance avec Sibaltan, on est loin d’entendre le chant des oiseaux et le clapotis des vagues. C’est plutôt musique à donf, et effervescence de touristes. Mais on s’en fout, notre mission est accomplie, ON LES A TROUVÉ ! Qui a dit que le téléphone était indispensable de nos jours ?

ALLELUIA !

Bon c’est pas qu’on est en mauvaise compagnie, mais on a une petite heure de scoot pour rentrer, et il commence à pleuvoir. Alors, après avoir organisé les transports pour le lendemain, on se donne RDV pour un tour de bateau dans les îles vers Sibaltan : on appelle ça le « Island Hopping ».

😍 WHAT A WONDERFUL DAY 😍

Mercredi 24 janvier. Après 1h de tuk tuk, cette fois-ci c’est eux qui nous ont retrouvé ! On fait visiter les lieux, et nous voilà partis pour une journée de bateau, pour profiter des îles du coin, et explorer les fonds marins.

⚠️ FAUX DÉPART ⚠️

Bon on est pas partis, en fait ! Il y a un peu de vent aujourd’hui, l’hélice du bateau est coincée dans les fonds et c’est un peu la galère de se dépatouiller de ça. Pourtant, tout le monde met la main à la pâte, mais sans communication, c’est un peu compliqué de savoir quoi faire.

Si avec ça on y arrive pas !

🏝️ PLAGES « CARTE POSTALE » ET FONDS MARINS INCROYABLES 🏝️

1 bonne heure plus tard, nous voilà sortis et on se dirige vers un premier spot de snorkeling. Attention les yeux ! Les coraux sont super beaux, les poissons très variés, bref on se régale !

WHAT A PERFECT DAY

C’est ensuite sur la splendide Maosonon Island que nous ferons une pause déjeuner, photos, baignade. C’est le pa-ra-dis, il y a juste 5 personnes sur place (qui partent peu de temps après notre arrivée) et nous avons l’île pour nous. Je pense que nous avons rarement vu un endroit aussi joli jusqu’à présent.

Il faut quand même quitter les lieux à un moment donné, et la prochaine étape est un autre spot de snorkeling. Alors là, on passe le niveau au dessus en termes de coraux, et on découvre une fois de plus des nouveaux poissons …

Mon préféré

C’est l’heure de rentrer, et la mer est un peu déchaînée… On regarde droit devant pour éviter le p’tit vomito et tout se passe bien. On se dit au revoir après une super journée bien remplie tous ensemble ! C’est vraiment cool de voir du monde connu quelque part dans ce beau monde 🙂

🕶️ DERNIERS JOURS PHILIPPINS HYPER RELAX 🕶️

Jeudi 24 et Vendredi 25 janvier. Avant de tourner la page des Philippines pour ouvrir celle de la Thaïlande, on décide de ne pas faire grand-chose,mais juste profiter de l’endroit, et des gens. On prend notre dose de zénitude avant de repartir à l’aventure vers un nouveau pays.

Je bouquine, Ced fabrique des pailles et des flûtes en bambou, on fait une lessive. On discute, on mange, on partage des moments avec chacun et c’est bien.

On fera la rencontre d’un scorpion, bon gabarit, pendant l’une des soirées. Mais Mike nous l’a emmenés gentiment un peu plus loin dans le bush.

Belle bête !

J’apprends aussi à cuisiner un plat typique et délicieux appelé la « caldereta ». Pendant que certains coupent des oignons, d’autres s’occupent du coq qui ne chantera plus demain matin…

Fini le cocorico

Je vous dévoilerai la recette de la Caldereta dans l’article bilan sur les Philippines, bientôt.

Le jour J est arrivé, nous devons partir pour Puerto Princesa, puis Manille, avant d’atterrir en Thaïlande. On fait pourtant durer le plaisir le plus longtemps possible, Mike appelant le loueur de scooter, prétextant un temps houleux qui nous retient sur l’île, pour pouvoir rendre le scooter un peu plus tard ! Pas bieeeeen mais si c’est pour la bonne cause !!!!! Et ça a marché, on déguste le dernier déjeuner, et on dit à bientôt à tout le monde.

Looove

A 18h, le minivan passe enfin nous chercher (1h après l’heure annoncée mais on commence à s’habituer à la non ponctualité des Philippins) et nous arrivons de nuit à notre hôtel à Puerto, proche de l’aéroport, en chair et en os malgré la conduite déchaînée de notre chauffeur.

BREAKING NEWS

J’ai été tirée au sort pour faire la demande d’un permis de travail au Canada, donc y’a plus qu’à remplir le dossier convenablement et croiser les doigts pour que Ced ait aussi de la chance !

😘 GOOD BYE SWEET PHILIPPINES 😘

Samedi 26 janvier. Nous nous envolons pour Manille, où nous passerons la nuit et la journée. Repos, dossier Canada et c’est tout. De toute manière, cette ville ne nous inspire pas beaucoup plus, et demain matin on s’en va ! On préfère en rester aux derniers souvenirs que nous avons créé à Sibaltan, histoire de confirmer que nous avons adoré notre séjour aux Philippines, tout en ayant gardé le meilleur pour la fin !

LA JOIE DE VIVRE A VUE GRANDE HILLTOP

Si vous en doutez encore, voici la vidéo de présentation qu’a réalisée Franzi pour Michael. A PARTAGER !!!!

VUE GRANDE HILLTOP – MICHAEL GABO

Dimanche 27 janvier. C’est parti pour le sud de la Thaïlande, avec comme première étape Phuket, juste parce qu’il y a un aéroport… et un grand Buddha

Découvrez encore plus de photos du sud de ???? ! RDV dans la Galerie ???? - ????

Un p'tit mot ça fait toujours plaisir !

%d blogueurs aiment cette page :