Depuis le temps qu’on en parlait de ce road trip entre coupines nous y voilà ! Nous partons explorer une région encore inconnue de la Nouvelle Zélande, le Far North, qui, comme son nom l’indique, est la région la plus au nord du pays. C’est parti pour l’aventure entre filles, avec Garance, pour une dizaine de jours dans le van top canon que Cédric nous a construit !

JOUR 1 : PAPAKURA – WAIPU CAVES

Mercredi 30 octobre. Petite journée de route, en même temps en NZ les distances ne sont pas si longues qu’en Australie, alors après la traversée du désert, tout nous paraît faisable !

Premier stop à Pirua Falls, une cascade qui n’est pas incroyable surtout après avoir passé quelques mois en Asie… Mais cela nous permet de faire une pause lunch et de se rendre compte que le cooker est capricieux, nous avons oublié la cafetière, et pour avoir de l’eau il faut amorcer la pompe….à la bouche ! Nous v’là belles à sucer le bout du robinet avant de remplir nos gourdes ou de faire chauffer de l’eau pour le café ! (ah ben non on a pas de cafetière!)

Faut dire qu’à ce moment là je me sens pas hyper ready pour le roadtrip entre meufs, et qu’il faut un p’tit temps d’adaptation pour retrouver les joies de l’aventure en van, mais ne vous en faites pas, ces habitudes sont vite revenues !

WAIPU CAVE – À NOUS LES VERS LUISANTS !

Après 2-3 dérapages contrôlés sur les gravel roads, nous voilà arrivées saines et sauves à Waipu Caves pour passer la nuit et aller mater les milliers de vers luisants qui peuplent ces grottes. Nous suivons fièrement le chemin, pour nous rendre compte après 1h30 de grimpette, que nous avons suivi le chemin du trek et non pas de l’entrée de la grotte !

On n’est pas montées pour rien non plus !

Tant pis, on a une chouette vue en haut quand même, et en redescendant on rentre dans la grotte (à environ 1minute 20 de là où nous étions garées) pour mater le spectacle des vers luisants ! Mais on garde les images pour nous, car photographier là dedans est juste impossible ! À vrai dire, on était plutôt focalisées à ne pas glisser/tomber/casser l’appareil photo sur les rochers glissants qui nous ont fait pénétrer au plus profond de la grotte…… (on dirait du Tolkien n’est ce pas?)

JOUR 2 : WAIPU CAVES – WHANGAREI – MATAPOURI

Jeudi 31 octobre. La météo nous sourit enfin ! On se dirige vers la côte pour profiter du soleil, des plages et des beaux paysages. Une fois de plus, le soleil embellit notre environnement et nous remonte le moral à fond ! Car rouler sous la pluie, cuisiner à l’abri d’un arbre, et se faire réveiller le matin par les grosses gouttes sur le toit, c’est pas ce qui fait rêver ! On vous le dit, sur ce plan là, on a été méga chanceuses !

ASCENSION DU MONT MANAIA

Whangarei est une ville qui n’a rien d’attrayant, mais ses alentours sont vraiment chouettes. On passe sur les cascades, et on se dirige un peu plus au nord, dans la baie pour aller se promener et apprécier les points de vue. On attaque par un aller retour d’environ 1h30 sur le Mont Manaia, juste avant de manger un bout pour le déjeuner. 2 minutes après avoir commencé, on se rend compte que j’ai perdu la veste de Garance accrochée au sac à dos, mais pas de panique, on l’a retrouvée qui attendait sagement sur un poteau lors de notre descente ! Et ben vous croyez quoi? Cette aventure est remplie de charloucheries !

BUSBY HEAD WALK

Niveau dénivelé, ça ira pour aujourd’hui, alors on se décide à faire une balade le long de la côte, et apprécier les plages de la baie d’Usqwart.

2 petites heures plus tard, on reprend la route vers un freecamp pas très loin de Tutukaka (à prononcer toutoucaca). Vu que le nom n’est pas très accueillant, on préfère aller vers Matapouri (beaucoup plus classe à prononcer !). On choisit notre spot parfait, la mer à 3 pas, la table à côté et on comprend pas pourquoi les gens s’agglutinent tous au même endroit… AAAAAAAAH, c’est peut être car il y a des flèches qui nous indiquent l’emplacement où nous sommes autorisées à dormir ! On remédie à tout ça illico presto, en tant que bonnes petites élèves que nous sommes !

JOUR 3 : MATAPOURI – RUSSEL

Vendredi 1er novembre. Evidemment, on ne s’est pas arrêtées ici par hasard mais parce qu’on voulait se rendre au Mermaid Pools, des piscines naturelles qui se créent dans la roche, et se remplissent à marée haute. Un endroit qui avait l’air magnifique, mais malheureusement à cause du manque de respect des visiteurs, l’endroit est surpollué, les piscines sales, et le gouvernement a décidé de fermer l’accès jusqu’à ce que les eaux se nettoient et retrouvent leur charme d’origine.

Petite demi heure de yoga sur la plage, et on se dirige du coup vers Oke Bay.

ELLIOT BAY – JUSTE UN PETIT STOP EN ROUTE

Tiens, ça a l’air joli par ici !

Bord de route

Mais la grande aventurière de Garance n’en reste pas là, elle s’avance un peu plus loin dans la pampa, pour photographier de plus près les jolies criques autour.

OKE BAY – UN PEU PLUS QUE OKAY

Plages de rêve bonjour ! Quelques escaliers plus tard, nous voici à dominer Paradise Beach, qui porte bien son nom, et puisque c’est comme ça on va s’y poser un petit peu pour en profiter et se faire dorer la pilule ! Dommage que la température de l’eau ne suive pas, car on a terriblement envie de s’y baigner !

Non loin de là, on trouve un spot idéal pour un pique nique et pour faire un petit shooting du van (que nous allons vendre snif snif). Le décor s’y prête à merveille, on sort la cuisine dehors et bon appétit !

Y’a pire comme endroit pour cuisiner

Ah le frigo ne marche plus, c’est un peu ballot par cette chaleur… On essaie tant bien que mal de trouver le problème, mais y’a rien à faire il a claqué! (et même qu’on a changé la cosse électrique qui reliait le frigo à la batterie et tout et tout et ben ça a quand même pas marché). On fera sans, de toute manière on mange des céréales, des fruits et des légumes alors on n’aura pas trop de souci ! Une bonne excuse pour ne pas acheter de bière, et encore une meilleure pour consommer le fromage rapidement. Pas de problème, nous formons une bonne team pour ce genre de challenges !

Allez, on redémarre, petit détour sur une plage attrayante appartenant à des propriétaires loin d’être malheureux, mais tellement sympas qu’on a aussi le droit de piétiner ce sable fin et de se dire qu’il y en a qui se mettent bien !

RUSSEL – UN PREMIER APERÇU DE LA BAY OF ISLANDS 

Cette région abrite un certain nombre de petites îles au sein de sa baie (les bilingues vous l’aurez compris), et les panoramas sont vraiment incroyables par beau temps en tous cas ! Nous passerons la nuit dans le petit village de Russel, un havre de paix tout simplement. Et on peut considérer qu’il est temps pour nous de prendre une bonne douche chaude, alors ce soir c’est camping payant au Top 10 !

Plutôt sympa l’endroit, au milieu des canards et des wekos (regardez plus bas en images !) qui viennent nous manger les orteils !

Petite marche en haut de la colline de Flagstaff pour apprécier un panorama à 360°C sur la baie, et en prime un chouette coucher de soleil ! Ça c’est ce qu’on se dit en regardant les photos, mais si on se rappelle bien on s’est caillées à mort en haut, car le soleil était en train de se coucher… Faut pas rêver non plus, on a pas changé de pays !

On continue avec une promenade nocturne dans la forêt dans l’espoir d’apercevoir des kiwis, mais raté ! On se contentera des perruches, wekos, et pukekos (les pigeons de chez nous !). On a bien mérité notre douche chaude, et on peut aller se coucher !

JOUR 4 : RUSSEL – KERIKERI

Samedi 2 novembre. Nous partons à la découverte du centre ville de Russel, une agréable découverte. Ambiance détente, petit marché (très petit mais assez grand pour se laisser tenter par une part de cheesecake), tour des boutiques pour faire quelques cadeaux de Noël. En prime, nous nous sommes trouvées dans une expo de fleurs avec prix attribués aux plus belles compositions, aux meilleurs pétales et aux couleurs les plus éclatantes ! S’il vous plait ! Au moins, nous avons fait baisser la moyenne d’âge de fréquentation de ce lieu!

TAPEKA POINT

Alors là, on enchaîne avec une petite marche qui nous en met plein la vue ! Des criques, des plages, des points de vue à tout va, bienvenue à Tapeka Point. Et bien sûr, le ciel bleu nous accompagne pour rendre cette découverte d’autant plus époustouflante !

 

BAY OF ISLANDS : PAHIA ET KERIKERI

Direction Opua pour prendre le ferry et rejoindre Pahia, endroit très prisé pour découvrir la fameuse Bay of Islands. Nous nous y arrêtons pour profiter de la plage, déjeuner et prendre quelques coups de soleil. Encore quelques boutiques histoire de continuer sur la lancée des cadeaux de Noël, et c’est reparti pour aller découvrir les Rainbow Falls de Kerikeri accompagnées de nos meilleures amies les sandflies.

Entre 2-3 sandflies…

C’est l’une des raisons pour lesquelles on ne s’éternise pas, et on prend la route vers Opito Bay pour admirer le coucher du soleil. En chemin, on croise à 2 reprises un paon/faisan de toutes les couleurs absolument majestueux mais nous n’avons pas eu le temps de dégainer l’appareil photo à temps ! Finalement arrivées au point de vue à 180°, nous sommes dans la direction opposée au coucher du soleil évidemment ! Mais tout n’est pas perdu puisqu’en redescendant, nous avons le droit à ça :

On décide de dormir dans les parages car le dimanche il y a un « Farmers market » qui a l’air pas mal, et nous avons bien envie de se ravitailler là bas ! Alors on s’improvise un freecamp à cet endroit même, et personne n’est venu s’en plaindre alors tout le monde est content ! Premier camping sauvage improvisé, même pas peur ! A tel point qu’on fait notre cuisine, notre vaisselle, et qu’on prend notre temps le matin avant de repartir. Ouais, on est trop des guedins !

JOUR 5 : KERIKERI – TOKERAU BEACH

Dimanche 3 novembre. Comme prévu, après un petit déj avec vue sur Opito Bay, nous allons faire le plein dans le Old Packhouse Market qui méritait vraiment qu’on change nos plans. On achète du miel, du bon pain, du fromaaaaaaaaaage (vous savez le vrai qui ne ressemble ni à du beurre, ni à du plastique) et bien sur de bons fruits et légumes de saison pas cheeeeeeeers ! Et la cerise sur le gâteau, Garance trouve même un short en jean ! Ce marché est vraiment agréable, il y a aussi un p’tit groupe de musique qui joue, des stands de produits de beauté naturels, de l’artisanat local, bref de quoi démarrer votre dimanche de bonne humeur !

WHANGAROA BAY

Après un petit détour dans une forêt de Kauri (les plus vieux arbres endémiques) nous allons escalader le Saint Paul’s Rock pour avoir cette fois-ci un vrai panorama à 360°. L’ascension est raide, mais courte, mais raide et voici la récompense.

DOUBTLESS BAY

On redescend pour continuer le long de la côte est, aux alentours de la Doubtless Bay. Petite halte à Mangonui pour un viewpoint, puis au Coca Coca Lake (même couleur, mais pas autant de bulles) qui ne nous donne pas envie de s’y baigner tellement l’eau est froide et la couleur chelou. En revanche, quelques kilomètres plus loin on arrive sur la plage de Tokerau, pour notamment passer la nuit, et quel spot de rêve !

Lumières du soir bonsoir

L’endroit se prête bien à une seconde séance de shooting du van, et on y passera une douce nuit, bercées par le bruit des vagues…

JOUR 6 : TOKERAU BEACH – TAPOTUPOTU BEACH

Lundi 4 novembre. Sans surprise, on passe une superbe nuit et on prend notre p’tit dej à l’aise sur la plage.

Le matin

Ensuite direction Maitai Bay, recommandée par des collègues de Garance que l’on a croisés par hasard sur notre itinéraire. La route est toujours aussi belle, et nous avons un petit parfum de savane africaine avec la végétation, le point d’eau et le banc de sable. Quand je vous disais qu’on trouve TOUTES les ambiances en NZ ^^

Hakuna Matata

TOURNÉE DES PLAGES 

N’oublions pas notre objectif de la journée ! LES PLAGES ! Et oui entre coupines, on se fait pas la tournée des bars, mais la tournée des plages !  Première bronzette matinale sur une des plages de Maitai Bay, rien que pour nous. Dès qu’on dépasse les 5 personnes sur la plage, on s’en va !

Vu que nous avons le temps, on s’autorise une petite portion de Gravel Road qu’on aime tant, pour rejoindre une plage de rêve, aux reflets roses : mélange de coraux et de sable fin. Endroit idéal pour notre pique nique. Je vous présente Henderson Bay. 

PIque nique stop

Prochaine étape : Rarawa Beach. Cette fois-ci, elle est pour nous. On s’y étale comme il faut pour faire bronzette et on prend notre courage à 2 mains pour aller se baigner dans cette eau turquoise qui nous appelle ! Ça raffermit les chairs ça c’est clair ! Mais comme la température extérieure est parfaite, et qu’il n’y a pas un pet d’air, on prend plaisir à se tremper.

Nous voilà requinquées, et une fois notre dose d’UV acquise pour la journée, on décide de reprendre la route vers notre dernier stop sur la côte est avant d’atteindre la pointe nord de l’île: Tapotupotu Beach. Une petite douche froide, de l’anti-moustique, et on s’installe au bord de la rivière car les places « vue  mer » sont déjà prises.

JOUR 7 : CAPE REINGA NOUS VOILÀ

Mardi 5 novembre. Après avoir bien profité de la côte est comme vous avez pu le constater, on laisse le  van à Tapotupotu et on décide se rejoindre le Cap Reinga en longeant la côte, à pied.

CAPE REINGA COASTAL WALKWAY

Quelle magnifique marche ! Une fois la côte passée, nous nous promenons sur la crête avec la mer à droite, la mer à gauche et en haut un grand ciel bleu. Sur le chemin, personne ! On peut dire que nous sommes heureuses !

Une fois les marches descendues, je n’avais pas suffisamment chaud pour aller me baigner, alors Garance se rafraîchira toute seule. L’occasion de faire une petite pause quand même avant de remonter sur la crête pour rejoindre le cap. On cherche l’ombre à l’abri des arbres, car forcément ça tape ! Mais on en prend plein les yeux, et encore nous ne sommes pas au bout de nos surprises !

Carte postale

Quelques coups de soleil plus loin, nous voilà arrivées au point le plus au nord de la NZ : le phare du cap Reinga. Ce n’est pas tellement le fait d’être « le plus au nord possible » qui est excitant, mais plutôt de se dire qu’après il n’y a plus rien à par l’océan à perte de vue! S’imaginer que le prochain bout de terre se trouve à des milliers de kilomètres, et qu’il s’agit de la Nouvelle Calédonie ou des îles Fidji. Ce genre de moments, ça m’émeut, c’est un peu comme voir le premier rayon de soleil se lever à Gisborne

Nous nous contenterons d’admirer Te Wehari Beach de là où nous sommes, et nous terminons notre boucle en passant cette fois-ci sur la côte ouest !

Te Wehari

En chemin, on retrouve par terre une banane (pas le fruit mais l’accessoire) avec portefeuille, argent liquide, cartes bancaires, appartenant à des russes (Sherlock Holmes qui m’accompagne fait preuve d’une perspicacité aiguisée et croit savoir qui est la propriétaire de la banane). Malheureusement, on ne les retrouve pas, ni en chemin, ni sur le parking, alors on en parle au type qui bosse là et on laisse la banane sur le panneau d’informations du début du sentier.

Pour retourner à notre van, on choisit l’option stop et 3 voitures plus tard, une famille de Fidjiens nous emmène jusqu’à l’intersection qui rejoint Tapotupotu Road. On a été un peu fainéantes sur ce coup là,, car ce n’était pas si loin que ça, mais la portion la plus relou est celle-ci: 3km de Gravel Road. Après avoir mangé la poussière au croisement de quelques vans qui partaient en sens inverse, une voiture s’arrête : et devinez qui c’est?????? Le couple de russes qui avait fait demi-tour pour retrouver la banane!

Le Karma, j’vous dis, le Karma ! Malgré le peu d’anglais maîtrisé, ils comprennent notre BA, et savent nous faire preuve de reconnaissance ! Ils nous ramènent  à notre van, puis nous font même don d’une boîte de glace fondue à la fraise ! C’est gentil n’est ce pas?

TE PAKI DUNES 

Nous voilà sur le chemin du retour, côté ouest, et le premier point d’intérêt sera les immenses dunes de sable de Te Paki. Paki ou non, tout le monde a le droit d’aller se confronter à l’immensité de Mère Nature.

Nous restons un bon moment dans ce décor totalement dépaysant, avec l’espoir de voir la mer au sommet de la dune. Ah merde, une dune peut en cacher une autre, alors on persévère mais au bout d’un moment on abandonne, et faut dire qu’il fait archi chaud, et bien évidemment, l’ombre n’est pas très facile à trouver.

Je suis comme une gamine là dedans, et pas besoin de sandboard pour m’amuser, je vais même tenter de faire du toboggan sur les fesses…. Vous doutez de la glissabilité de mes fesses? Voyez par vous même ! Je dois avoir des gènes de loutre ou de phoque ….

Après avoir dévalé les dunes, nous voilà à nous tremper les pieds dans la rivière, aux couleurs super vives pour embellir nos photos.

Et en plus l’eau est bonne !

Ce chemin est aussi un accès pour rejoindre la 90 Miles Beach, mais personnellement je me sens pas de rouler à moitié dans l’eau, sur les cailloux (sans pneu de rechange), donc on choisira l’option beaucoup plus raisonnable, quelques kilomètres plus loin………

OPTION BEAUCOUP PLUS SAGE SUR LA 90 MILES BEACH

C’est une plage immense, bien qu’elle ne fasse pas vraiment 90 miles de long, mais plutôt 56, ce qui correspond à 90 kms. Sa particularité est qu’on peut y rouler sereinement, et même pas besoin d’un 4×4 ! C’est au tour de Garance de conduire et elle se sent tellement à l’aise qu’elle prendra le volant sur le sable aussi ! Un petit check de dernière minute concernant les marées, a priori nous sommes au point le plus haut de la marée donc une fois sur la plage on verra si c’est traversable ou non !

Il s’avère que la bande de sable praticable est vachement large, donc avec une dose de stress proche de zéro (n’est ce pas Ga?) nous roulons sur la plage, sur le sable mouillé tellement dur que notre trace de roues est à peine visible ! Il ne peut rien nous arriver ! Notre meilleur ami Campermate nous indique la sortie pour les véhicules classiques, à une trentaine de kilomètres, IM-PEC-CABLE ! Nous avons juste assez d’essence pour sortir de là au bout, alors c’est parti !

Si vous êtes fidèles lecteurs, vous imaginez bien qu’il va nous arriver une couille, ou plus poliment une charloucherie, et vous avez tout à fait raison !!! Nous arrivons au bout de la plage et avons comme l’impression d’avoir loupé la sortie, d’après le GPS ! Et d’ailleurs, on a traversé un mini bras de mer, avec un mini fossé, qui a provoqué une mini secousse, et un mini bruit, et le tout provoquant un mini stress. On se renseigne auprès des locaux qui nous indiquent que la sortie en question n’est plus praticable depuis 3-4 mois suite à un effondrement des dunes (la position GPS était donc correcte). Même avec le meilleur des 4×4, il est absolument impossible de traverser. Et ça, ben Campermate nous l’a pas dit ! Bien, bien, bien, 3 options s’offrent à nous :

  • On fait demi-tour et on tente la sortie de la plage au niveau du camping (fermé pour travaux, donc si on a besoin d’aide, faudra pas compter sur le personnel). De mémoire, en passant devant à l’aller, on a pas imaginé que ce serait très facile, comme ça brièvement, mais ça peut s’étudier de plus près. Risque élevé d’enlisement.
  • On retourne complètement de l’autre côté, là où nous sommes entrées, au risque de tomber en panne d’essence voire de se faire emporter par la marée s’il nous arrive un souci.
  • On tente la sortie tout au bout de la plage, sachant qu’il y a un passage assez chaud avec des gros rochers, un peu d’eau. Risque potentiel de crever un pneu et/ou d’abîmer la voiture.

Mais non, j’exagère, on a pas non plus mis nos vies en danger, mais c’est plus rigolo à raconter sur ce ton là. C’est bon les parents? Votre rythme cardiaque est redescendu?

Après un vote unanime, on tente la sortie « camping », après avoir repéré un passage où on devrait pouvoir y arriver. Nous avons même le soutien d’un groupe de touristes qui n’attend qu’une chose : filmer l’action en direct ! La réponse en images !

Option 1 : FAIL

Après avoir tenté de s’en sortir par nous même pendant une petite demi-heure (en creusant avec un morceau de plastique transformé en pelle, ainsi que nos p’tites mains douces et entretenues), on réalise qu’on va pas forcément y arriver comme ça. Et à partir du moment où on s’est embourbées, le groupe de touristes s’est barré en courant, des fois qu’ils nous aident vous voyez???

Mais heureusement, Patrick le maori, notre sauveur, arrive avec un vrai 4×4 et une vraie sangle et en 4 secondes, il nous sort de là !

Victoire !

Nous retrouvons avec grande joie le bitume de la route, et faisons l’essence en chemin pour retrouver la civilisation à Kaitaia. Illico presto nous allons nettoyer la bagnole pour enlever un maximum de sable et de sel. Ouf ! Après toutes ces épreuves, nous avons bien mérité une bonne douche et ça tombe bien il y a tout ce qu’il faut dans le centre ville ! Nous voilà transformées en mode gitanes, armées de notre savon et de notre serviette devant les douches publiques. Et là ! Elles sont fermées ….. depuis 15 minutes ! Voilà voilà, la journée Loose…. On se contentera d’une toilette de chat dans les toilettes pour handicapés et on entame notre mission remplissage d’eau qui s’avérera être un échec aussi, car nous n’avons pas le bon embout, et on en fout plus à côté que dans notre bidon.

On décide de manger un bout dehors pour se réconforter, on se boit une bonne bière et on file au camping dans la forêt de Raetea pour SE COUCHER!

JOUR 8 : WEST COAST JUSQU’À PORT ALBERT

Mercredi 6 novembre. On décolle de notre camping pour prendre notre petit déjeuner à Kokukoku, au bord de l’eau. L’eau est à disposition qu’on fait chauffer pour boire notre café mais on se rend compte très rapidement que c’était de l’eau salée ! Beurk, on remet ça avec de l’eau claire et c’est plus appréciable ! Direction le ferry pour traverser le bras de mer pour se retrouver à Rawene. Petit détour sur une gravel road pour aller voir les Koutu Boulders. On s’attend à voir d’énormes boules de roches, et il se trouve que ce sont des tas de cailloux sur une plage, sans grand intérêt. On longe la rivière, en passant par Oponini puis petit stop à Alai Te Uru lookout.

Joli point de vue en chemin

LES MAJESTUEUX KAURI DE LA FORÊT DE WAIPUA

Dans la très vaste forêt de Waipua, connue pour abriter de nombreux Kauri, espèce endémique d’arbres les plus vieux du pays, nous nous promenons dans un sentier forestier. Avant de pénétrer dans les bois, nous avons pris soin de désinfecter nos chaussures pour éviter de propager certaines bactéries pouvant rendre malades ces arbres très rapidement. Nous voilà au pied du plus vieux Kauri de Nouvelle Zélande, âgé de plus de 2000 ans, prénommé Tane Mahuta. Une fois de plus, nous nous sentons toutes petites devant Mère Nature.

Avec un peu de recul, il est tout autant impressionnant.

Ancêtre Kauri

On continue sur cette lancée avec un arrêt dans la forêt enchantée de Trounson, qui nous transforme en petits lutins. Nous rencontrons quelques oiseaux comme les Tui, les perruches colorées (j’ai oublié le nom maori) et profitons de ce moment relaxant au sein de la végétation tropicale.

Forêt enchantée

Le temps se couvre, donc nous n’aurons pas la chance d’apprécier les couleurs éclatantes des Kai Iwi lakes, et ne trouvons pas le courage de grimper au lookout de Tokatoka. On atteint alors Port Albert pour une dernière soirée avant de rentrer à Papakura et de clôturer ce superbe roadtrip entre filles.

Jeudi 7 novembre. Dernière journée consacrée aux courses pour partager un super barbecue tous ensemble avant de continuer notre train train à Papakura. Construction de vans pour les uns, préparation d’un autre roadtrip pour ma part, car Cathy et Coline arrivent bientôt et ce sont de nouvelles aventures qui m’attendent ! En tous cas, la Nouvelle Zélande n’arrête pas de me surprendre car les paysages du Northland m’ont vraiment épatée, et j’ai hâte de découvrir de nouveaux coins, qui ne font que confirmer mon amour pour ce pays. Suite aux prochain épisode !

Découvrez encore plus de photos du Northland ! RDV dans la Galerie Nouvelle Zélande - Northland

Un p'tit mot ça fait toujours plaisir !

%d blogueurs aiment cette page :