⏳UNE ARRIVÉE EN 2 TEMPS

Chers lecteurs, préparez vous, car cette fois-ci on raconte l’histoire non pas des 2C mais des 3C. On remplace Ced par Coline (ma cousine) et Cathy (ma tatie) ce qui fait 3 gonzesses de la famille Lamotte. Forcément, ça promet en charloucheries là encore ! On passe un cap. Et on commence direct, avant même d’arriver sur le territoire…

📞 J-1: LE COUP DE FIL DU MATIN 📞

Mardi 12 novembre – Appel de la tatie.

« Coucou c’est nous, on est à Munich avec Co, juste pour te prévenir que je vais pas pouvoir prendre le vol Hong Kong – Auckland, puisque j’ai pas fait ma demande de visa, et que la compagnie ne me laisse pas entrer sur le territoire avant le 14 novembre… »

Je me frotte les yeux car il était 7h du mat, et panique à bord car j’ai absolument tout réservé pour ce roadtrip, et bien entendu j’avais pas prévu un jour de rab sur le planning déjà bien assez serré…

Je vous passe les détails de la demande de visa en ligne sur un site intermédiaire (bien plus cher et bien plus long que le site officiel du gouvernement), les 24h d’attente à l’aéroport d’Hong Kong, le rachat d’un billet plein tarif pour le lendemain, le 2ème essai pour obtenir le visa (fait en 5 min quand on est sur le bon site). Faut dire que Cathy est quand même vachement habituée aux longs voyages et 30h c’était un peu pour les fiottes, alors elle s’est challengée pour passer les 3 jours complets en transit !

🥇RÉCEPTION DU PREMIER COLIS(NE)🥇

Mercredi 13 novembre. Tout s’est bien passé pour Co, elle arrive à bon (aéro)port et gère le décalage horaire à merveille !

Et d’une !

Même pas une sieste, direct dans le bain, elle tient le coup jusqu’au soir pour se caler le plus rapidement possible dans le fuseau local. Un dîner indien, une première nuit dans le van, bienvenue en Nouvelle Zélande !

Indian style

🙌 J+1 : L’ÉQUIPE AU COMPLET 🙌

Jeudi 14 novembre. L’avantage est que je connais la route pour aller au dépose minute de l’aéroport, et j’anticipe un petit peu le temps nécessaire pour récupérer les bagages. Sauf que j’ai pas anticipé que Cathy ramenait la tente de Co aussi… Et en NZ, ramener du matos de camping, c’est presque comme s’appeler Ben Laden et rentrer sur le territoire américain…

L’inspection a pris 2h, et pendant c’ temps-là, je n’avais pas de nouvelle (des fois qu’on se connecte à la WiFi de l’aéroport pour prévenir sa nièce inquiète, on sait jamais), mais après négociation avec mon pote du dépose minute j’ai été autorisée à laisser le van 5 minutes pour aller voir ce qui se tramait. C’est là que je retrouve Cathy au comptoir de décontamination des tentes (et non pas des tantes!). Ouf nous sommes enfin au complet !

Allez, une bonne douche bien méritée et il est temps de préparer les affaires pour ce roadtrip ! C’est le moment fatidique où il faut troquer 1 énorme valise (et une valise cabine et un sac à dos) contre 2 paniers de dimensions … inférieures dirons-nous. Mais mission accomplie, et le van est tellement fonctionnel qu’on arrive à rajouter quelques paires de chaussures par-ci, et quelques affaires de toilette par là. Et oui, le minimalisme, ça s’apprend.

🚌 QUE LE ROADTRIP COMMENCE ! 🚌

Équilibrage des pneus fait, déjeuner vers Cédric pris, frigo rempli, bidons d’eau au max, nous sommes parées pour prendre la route. Et Cathy n’est même pas KO, elle tient le coup elle aussi !

On the road again !

L’objectif de la journée était d’arriver à New Chums Beach, dans la péninsule de Coromandel qu’on connaît bien avec Ced, à 3h de route environ. Allons-nous atteindre l’objectif à votre avis ?

Tout se passe bien, j’suis plutôt à l’aise au volant (après mes 10 jours d’entraînement avec Garance) et nous arrivons enfin sur la superbe côte qui longe la mer on ne peut plus près. On entend un bruit très aigu, comme un grincement, et cela me rappelle notre expérience d’il y a 2 ans. Nous étions persuadés qu’il s’agissait d’un bruit anormal sur le van, et en fait c’était des cigales ou oiseaux qui émettaient un bruit trop chelou. Alors je rassure les filles en racontant cette histoire.

Sauf que là, quand on s’arrête y’a plus de bruit, il est possible que le scénario soit légèrement différent. Après inspection rapide, nous en sommes sûres le bruit provient de la roue avant droite. 1H à peine après notre départ, coup de fil à Ced qui nous dit qu’on a probablement un caillou coincé dans le disque de frein et qu’il est fortement recommandé de l’enlever avant d’entamer la descente ! Démonter la roue avec notre cric est mission impossible, on demande de l’aide à 2 compères allemands pas beaucoup plus dégourdis que nous, et finalement un couple d’australiens vient à notre secours avec leur cric tout neuf. Ce fut pas une mince affaire non plus, le temps de comprendre comment il fonctionnait, mais Rony a réussi à nous débarrasser de ce foutu caillou, et nous pouvons repartir sereinement ! Sacrée dose de stress, et voilà un petit aperçu de l’aventure qui nous attend !

Lieu du drame

Vous vous en doutez maintenant, nous reportons la découverte de New Chums Beach à demain, et on s’installe sur un super freecamp à Whangapoua Beach juste à côté, pour la nuit.

Ça aurait pu être pire comme point de chute !

Tiens donc, le panneau précise qu’il y a deux espaces disponibles pour dormir, forcément à 20h ils sont déjà occupés, mais après avoir discuté avec un local, on tente le coup quand même. Nous ne ferons pas long feu non plus, car on oublie pas que les filles ont quand même accumulé un peu de fatigue ces derniers jours ! Pour récupérer, rien de tel qu’une bonne nuit à 3 sur un matelas dans le van !

🏖️ LES PLAGES PAISIBLES DU COROMANDEL 🏖️

Vendredi 15 novembre. Réveil matinal pour Co qui en profite pour admirer un joli lever de soleil, alors que je me contente de le regarder depuis le van, au chaud sous la couette pendant que Cathy ronfle paisiblement !

Sunrise sous la couette

➡️ NEW CHUMS BEACH

Pour ceux qui nous ont suivi depuis le début, c’est la plage accessible en traversant d’entrée de jeu un bras d’océan (plutôt musclé) ! Je l’avais fait en béquilles il y a 2 ans, et Ced qui avait trouvé l’eau trop froide avait opté pour la traversée de la propriété privée sur l’autre rive.

Les 3C ont raffermi leurs cuisses, et nous voilà sur le sentier à travers rocs et forêt tropicale pour rejoindre la plage de rêve, à la Robinson Crusoé.

On fait sécher les affaires sur une branche, et on se détend en marchant, seules, le long de la plage. Demi-tour, re trempette pour regagner le van, et on continue notre tournée des plages.

➡️OPITO BAY

J’ai décidé de faire de nouveau ce détour par la baie d’Opito, en passant avant par Otama Beach, car c’est tout simplement beau.

On en profite pour faire quelques courses à Whitianga, ville principale de la péninsule de Coromandel. avant de se diriger vers un superbe point de vue à 360° : Shakespeare Hill Lookout.

Normalement les barrières sont droites

En contrebas, c’est Cooks Beach que vous apercevez, toujours aussi déserte et attrayante qu’en 2017.

Plage secrète

🦄WELCOME TO NARNIA’S WORLD🦄

Et oui encore un incontournable de Coromandel, la fameuse plage où a été tourné un épisode du Monde de Narnia : Cathedral Cove. Le temps se couvre un peu mais on reste assez longtemps pour profiter de l’endroit, et guetter la moindre éclaircie.

Après avoir photographié la plage en long, en large et en travers, on s’amuse à faire des photos en sautant d’un rocher avec Co. « Pas de panique, le rocher est à peine à 1 mètre de hauteur, et on saute dans le sable ! » Une fois, ça passe, mais pas 2 ! Mauvaise réception sur les genoux, on serre les dents et on verra plus tard comment gérer la douleur….

Ben ouais, j’ai plus 20 ans, ça y est j’peux l’dire car à l’heure où je vous écris (c’est à dire après presque 24h de voyage en avion sur un siège normal en classe éco) j’ai encore bien mal au genou, et il est temps de se soigner correctement en France… Il s’agirait d’une entorse au genou, avec étirement des ligaments, voire peut être un problème de ménisque mais sans IRM pas de diagnostic à 100 %. Voilà, voilà c’était le jour 2 du roadtrip.

Vous en voulez encore ?

🌡️HOT WATER BEACH : UN SOUCI DE TIMING🌡️

Dans le monde merveilleux de Narnia (euh de Chacha), j’avais prévu qu’on arrive à marée basse pour creuser notre trou dans la plage connue pour abriter des sources chaudes sous le sable : Hot Water Beach. On y creuse notre propre jacuzzi, et les eaux très chaudes se mélangent à la mer plus froide pour avoir la température idéale. Ouais, c’était le plan, mais vous l’aurez compris, y’a eu quelques imprévus au programme, du coup la marée est remontée donc direction la douche chaude du camping. Un peu moins original, mais relativement appréciable !

Les muscles se refroidissent, et là c’est la cata, je ne peux plus poser le pied par terre… Super Cathy, en bonne infirmière, n’est pas venue les mains vides côté médocs, donc j’peux vous dire que tout y est passé : ixprim, anti-inflammatoire, patch de lidocaïne, gaulthérie, la TO-TA-LE.

Soirée plus que tranquille, et Coline inaugure la tente !

On y est presque !

🛣️ J3 : EN ROUTE VERS ROTORUA 🛣️

Samedi 16 novembre. Encore sous l’effet des anti douleurs, j’ai l’impression d’aller un peu mieux, mais c’est pas non plus la joie. Je laisse le volant à Cathy, qui ne pourra pas avoir une expérience NZ plus authentique ! Encore en jetlag, il est temps de conduire à gauche et d’adopter les réflexes inverses. Bon, le passage des vitesses, regarder les rétros, tout en même temps ça fait un peu beaucoup, alors on s’adapte !

Finalement, au bout d’un quart d’heure, je reprends le volant car je suis tellement crispée que je ne préserve pas mon genou pour autant. Mais merci tatie, il suffit d’un peu d’entraînement et tu seras une vraie pilote (et oui diplôme obtenu quelques jours plus tard!).

🔍 À LA RECHERCHE DE LA PÉPITE 🔍

Un endroit inconnu pour moi, puisqu’en 2017 nous avions pris la route en direction de Matamata pour le village des Hobbits. Cette fois-ci, nous nous rapprochons de la côte en passant par Waihi, une ville connue pour sa mine et ses plages.

A défaut de faire la boucle des 5kms autour de la mine d’or, nous nous contenterons de contempler l’immense trou depuis là et c’est déjà bien impressionnant !

Qui veut quoi?

Une pause déjeuner un peu plus loin, au bord de la mer, et on reprend la route car nous avons quelques stops programmés aujourd’hui.

Trop de nuages on s’en va

Hop, juste comme ça au bord de la route, Owhaora Falls n’a pas bougé.

Owhaora

Et pour rester dans le thème, nous nous arrêtons dans les gorges de Karangahake pour se promener justement sur les anciens rails de trains miniers, tout en admirant les falaises, la rivière et les ponts suspendus qui ornent ces magnifiques gorges. (et moi je me repose dans le van pendant c’temps là)

Cette fois-ci, on ne s’arrête plus avant Rotorua, et la prochaine activité consistera à poser nos fesses dans des bains thermaux du camping, où la température avoisine les 42°. Pas plus de 20 minutes, ce sont des eaux sulfureuses, on sait jamais on est déjà assez gâtées comme ça, on va pas risquer la suffocation non plus !

🌳 BALADE NOCTURNE DANS LA FORÊT ENCHANTÉE 🌳

Allez courage les filles, ce fut une grosse journée mais on termine par une toute petite promenade dans la Redwood Forest. Nous l’avions fait de jour avec Ced, mais l’expérience de nuit est vraiment incroyable. Imaginez-vous dans un espèce d’accrobranches, juste avec des passerelles qui relient les cousins des séquoias, et autour de vous, des lanternes illuminées, des animations dans la forêt noire, et des jeux de lumière très bien faits.

Cela n’empêche pas de se rendre compte de l’immensité de ces arbres, et de la beauté de cette forêt. On attend simplement de croiser la Fée Clochette ou les lutins du Père Noël puis on va se coucher.

🌋 J4 : LA GÉOTHERMIE DE ROTORUA ON NE S’EN LASSE PAS 🌋

Dimanche 17 novembre. Ah ouais, on a pas creusé notre jacuzzi à Hot Water Beach ????
Et ben, on va vite rattraper notre dose de bains chauds aujourd’hui ! Mais avant de profiter des avantages géothermiques, allons comprendre d’où vient cette odeur omniprésente de soufre qui règne sur toute la ville.

PARC GÉOTHERMIQUE DE WAI O TAPU (du cul)

Ce parc nous en avait mis plein les yeux, c’est avec grand plaisir que j’y retourne. Et cette fois, on fait en sorte d’être là pour le « spectacle » de Lady Know Geyser. Je dis spectacle, car en réalité, c’est un geyser dont l’activité est programmée. Un petit peu de surfactant dans le trou, et bim, le machin s’active et explose ! Tout de même impressionnant, mais le côté « tous assis dans un gradin » ça perd de son charme.

Le beau temps est au rdv, ce qui nous permet de faire de chouettes photos encore bien colorées : le jaune du soufre, le vert de l’arsenic, l’orange du cuivre sont mis en valeur avec le bleu du ciel. Trève de commentaires, appréciez la beauté unique de ce lieu.

🏊‍♀️ KEROSENE CREEK 🏊‍♀️

Son nom n’est pas très attractif comme ça, mais en réalité c’est le top ! Une source chaude naturelle, au milieu des arbres ! Paraît que ces eaux ont de très bons effets thérapeutiques, et notamment pour ce qui est rhumatisme, ligaments, cartilages…. Alors on ne va pas s’en priver !

Un petit masque de visage à la boue de Rotorua (gratuit et sans emballage plastique) avec simplement un petit risque de méningite au moment du rinçage de la tête (mais ça on l’a appris après).

💆 POLYNESIAN SPA 💆

Pour cette activité non plus ça ne m’a pas dérangée de le faire une 2ème fois ! 5 bassins d’eaux thermales de 36 à 42°C, avec vue imprenable sur le lac, et pour pas avoir la peau trop ramollie, des sièges relaxants chauffants pour faire des pauses au sec.

On conclut ce moment détente avec une bonne douche all inclusive, c’est à dire une serviette épaisse et plus grande que mon buste (pour changer de la superabsorbante de chez Décat’), des produits de beauté en libre service et même un sèche cheveux ! Ouais, on s’la pète, on a pris la formule Deluxe.

En sortant, les places du freecamp sont toujours bien occupées, il faudra bien trouver un plan B pour dormir. Mais avant ça, toute petite promenade dans les Governments Gardens, jardin très mimi juste à côté du spa.

Musée entièrement rénové

Le plan B, ce sera le camp de Orakera Lake, supposé payant mais personne n’est venu réclamer l’argent. Le truc, c’est pas tant le coût de la nuit, mais c’est qu’on fraude un peu à dormir à 3 dans le van, alors si on passe inaperçues, c’est pas plus mal ! Vous nous auriez vues en mode camouflage, à interrompre notre partie de tarot, lumières éteintes, en guettant à travers les vitres teintées dès qu’on entendait le bruit d’un moteur … Un grand moment encore !

Les 3C à tour de rôle

Sinon, nuit plus qu’humide, on s’est ramassées une grosse saucée, donc heureusement qu’on a pas planté la tente ce soir là. Et spéciale dédicace à notre Miss Météo du voyage, qui ne s’est jamais trompée.

🌧️ J5 : LE JOUR DE PLUIE INFINIE 🌧️

Lundi 18 novembre. Hélas, la pluie n’a pas prévu de se calmer de la journée donc va falloir composer avec! On prend bien notre temps pour le petit déjeuner, on va faire les courses, l’essence, enfin les trucs relous quand il fait beau et qu’on a plein de trucs à faire mais là ça passe crème !

ORAKEI KORAKO

On se dirige sur le temps de midi vers le second parc géothermique que nous avions prévu de faire, et on avise sur place. La pluie n’a pas cessé, mais elle est supportable avec un bon équipement….ou un sac poubelle pancho, hein Cathy ?

L’est pas bô mon panchô?

Et c’est surtout qu’on a pas le choix, le timing est trop serré pour repousser à plus tard, et les billets sont réservés. Quel dommage que le soleil ne soit pas au RDV ! Car ce parc est presque plus impressionnant que Wai O Tapu. Certes, sans les Champagne Pools, mais le cadre est tellement grandiose. Déjà, on y accède avec le ferry qui nous fait changer de rive, et le chemin parcouru est plus en accord avec la nature, la fréquentation nettement plus basse aussi.

On y trouve de nombreux geysers naturels en activité, des couleurs bien contrastées, une grotte, une végétation très dense, de quoi passer un très bon moment, et même sous la pluie !

La grotte magique

Alors s’il fallait choisir un seul parc à visiter, j’aurais du mal à répondre car la Champagne Pools ne se trouve qu’à Wai O Tapu et vaut le détour, mais côté ambiance et fréquentation j’opterai sur Orakei Korako. Si vous avez le temps, faites vraiment les 2 car il n’y a pas de redondance, et personnellement je ne m’en lasse pas, même si je l’ai déjà fait. L’avantage de l’activité géothermique est qu’elle est assez imprévisible, et selon la météo, la période de l’année, la quantité d’eau, les paysages sont très différents. Bon, nous on a testé la pluie, c’est mystique mais on aurait pu quand même s’en passer, soyons honnêtes !

💧HUKA FALLS OU LA PUISSANCE DE L’EAU💧

S’il y a bien un site à visiter après (ou pendant) de fortes pluie, ce sont les gigantesques chutes d’Huka Falls. 200 000L d’eau par seconde qui se déversent, soit l’équivalent de 5 piscines olympiques par minute…. A l’ère où l’on s’inquiète de l’approvisionnement en eau pour tout le monde, une chose est sûre, la Nouvelle Zélande est à l’abri !

Un challenge pour les kayakistes !

Au delà du débit, la couleur émeraude rajoute un charme supplémentaire à ce site qui vaut le détour, peu importe la météo !

Nous sommes assez mouillées pour aujourd’hui, alors on se dirige au bord du lac Taupo pour passer le reste de l’après midi, et faire la danse du soleil pour le lendemain. Mais, nous décidons de changer de camp car le vent est tellement fort, que la simple idée de sortir pour aller aux toilettes nous glace! Alors plan B : un freecamp abrité, Huka Falls Reids Farm, à quelques kilomètres de là. Surtout Tatie, ne va pas attraper froid, on t’emmène !

Transport de manouches

Tiens, mais le ciel se dégage, on croise les doigts pour demain et on profite de ce magnifique coucher de soleil.

Taupo lake sunset

🌈 J6: APRÈS LA PLUIE VIENT LE BEAU TEMPS 🌈

Mardi 19 novembre. Ouf ! Soulagement général ! C’est sous un grand ciel bleu que nous allons profiter d’une croisière à bord du voilier Barbara avec pour objectif les Rock Carvings réalisées par les maoris à l’époque. Mais au delà ce ça, ce sont les 2h30 de balade que nous avons adorées !

ROCK CARVING SAILING BARBARA

Profitons de ce soleil (si, si, à quai il fait chaud!) pour déjeuner à la Marina, et faire le plein d’eau (à boire), avant d’aller respirer les doux parfums des camélias et rhododendrons du jardin botanique.

🌺 TAUPO BOTANICAL GARDEN 🌺

Même si le printemps touche à sa fin, nous avons quand même la possibilité de se balader au milieu de jardins bien fleuris, notamment ceux des camélias et des rhododendrons.

🎨 GOODBYE TAUPO, HELLO NAPIER 🎨

Nous reprenons la route en direction de la côte est, à Napier, viller art/déco encore inconnue pour moi. La route pour y accéder est extraordinaire ! Des grandes vallées, des plaines, des montagnes, des vaches, des moutons, tout ce qu’on aime en Nouvelle Zélande quoi ! Ah puis, une petite chute d’eau, en passant : Waipunga Falls.

En chemin, un petit stop


Un aperçu de la baie de Hawkes

Nous arrivons fièrement aux alentours de 17h, et on décide de faire un tour dans le centre ville qui a l’air si mignon. Euhhhhh, y’a un couvre feu? une alerte au tsunami? Car pas UN CHAT dans les rues ! Toutes les boutiques sont fermées, pas un resto d’ouvert, pas même un bar….

Non les filles, c’est bien fermé !

Bon, ben on rentre bredouille à notre freecamp de la Marina Parade et on mate le coucher de soleil. Ok, ok, on repassera demain dans la matinée alors !

Good night

🌄 J7 : NAPIER SE RÉVEILLE 🌄

Mercredi 20 novembre. Aaaaaaah, on a pas tout perdu ! Le centre ville est bien plus animé, et tout est ouvert ! On fait donc la razzia des boutiques de souvenirs, la hotte du père Noël ne va pas tarder à exploser ! Le centre ville est agréable, les murs décorés à la bombe, mais la moyenne d’âge paraît un peu élevée à notre goût.

Petite visite du Musée Art Déco de la ville, qui mérite le détour. Bon, le plan initial était de rencontrer les colonies de Fous de Bassans (oiseaux de la famille des Albatros), qui squattent sur une plage non loin de Napier. Manque de bol, le site est fermé. Pas besoin de puiser dans mes réserves pour effectuer les 5h de marche aller/retour, alors on se rabat sur une visite médicale, car le genou ne guérit pas tout seul! Heureusement qu’on était pas pressées, j’ai patienté plus de 2h pour sortir avec un pseudo diagnostic et une prescription d’IRM impossible à passer en NZ. Pendant c’temps là, les filles se sont dorées la pilule, au bord de l’eau.

Une bonne douche chaude à la piscine municipale, des fajitas maison et un dernier coucher de soleil. Napier, ravies de t’avoir rencontré.

Haut en couleurs !

🗻 EN ROUTE POUR LE TONGARIRO 🗻

Jeudi 21 novembre. Nous revenons sur nos pas, direction Taupo, pour aller faire la fameuse randonnée du Tongariro Alpine Crossing. Pour ne pas emprunter la même route qu’à l’aller, on décide de prendre celle qui traverse la vallée. Mais quelle bonne idée ! Certes, il y a des virages, elle est plus longue mais qu’est ce qu’elle est belle ! Je recommande à tous d’emprunter au moins une fois la Valley Road de Napier à Taupo car on en prend plein les mirettes ! Et puis Cathy a validé ses 20h de conduite, et ne nous fait même plus peur en prenant le volant (et le levier de vitesses!).

Chers lecteurs, merci d’être encore là après cet article à rallonge mais rien que pour ce qui va suivre vous n’allez pas le regretter. Coline, dans le rôle de la fille qui parlait aux vaches, nous réalise un exploit. Je ne vous en dis pas plus ! La réponse en vidéo !

Voilà, on s’est bien marrées, et même si Co a ramassé 2-3 échardes au passage, ça en valait la peine! Quelle crise de rire !

🥕 UN P’TIT STOP À LA GROSSE CAROTTE 🥕

En chemin, on en a pris plein les yeux mais faut dire qu’après les millions de virage de montagne, j’avais trouvé ça pas mal de trouver un endroit pour faire une pause, et profiter d’un endroit en dehors du van. Alors là, j’ai obtenu la médaille d’or du meilleur guide touristique de NZ. Nous voilà arrivées à destination : The Big Carott. Comme son nom l’indique, il s’agit simplement d’une énorme carotte, plantée comme ça sur le bord de la route. Ah non, y’a aussi le mini parc de jeux sur le thème de la carotte, la p’tite voiture carotte, le bonhomme jardinier tout ça tout ça.

Aucun intérêt, vous l’aurez compris, mais cela fait partie d’une visite complète chez les kiwis, car ils ont tout un tas de « Big Things » éparpillées sur le territoire. De mémoire nous avions croisé le chemin du Big Sheep, et de la Big Banana avec Ced…

Attendez, on me dit dans l’oreillette que j’ai oublié un détail primordial…. Les toilettes publiques première classe à recommander à tous mes lecteurs ! Ah oui, c’est vrai. Nous avons vécu une expérience INCROYABLE ! De la musique jazz, un gentil monsieur qui nous parle, le distributeur automatique de PQ, une propreté impeccable… Bref, j’ai fait la pub des chiottes de la Big Carotte.

🏋️ PRÉPARATION INTENSE POUR LE TONGARIRO 🏋️

Allez on repart vers le camp de ce soir, le plus proche du départ du Tongariro : Mangahuia Campsite.

C’est par làààààààà

Opération frites de patates douces en 4 fournées, préparation des sacs à dos pour le trek, et repos. Demain le réveil sonnera tôt pour attaquer la rando dans de bonnes conditions !

👌LE JOUR PARFAIT👌

Vendredi 22 novembre. Alors oui on s’est caillées toute la nuit et c’était de loin la piiiiiiiiire de l’univers ! Mais le ciel bleu est au rdv ce matin ! Ciel bleu, ciel bleu, c’est cool, mais quand il fait 2 degrés dehors, on va pas s’emballer et on reste sous la couette pour le p’tit déj !

Mais non vous n’allez pas sur ce sommet

Allez hop, une bonne dose de courage et nous voilà prêtes pour le grand jour ! L’avantage, quand on a une handicapée dans la team, c’est qu’elle se transforme en chauffeur à ses heures perdues, alors pas besoin de réserver une navette pour rallier le début de la rando ! On y va !

C’est partiiiii

👩‍🦽 ET MOI PENDANT C’TEMPS LÀ 👩‍🦽

Je vais consacrer la majeure partie de ma journée à trier les photos et me reposer… Mais juste comme ça vite fait, je vais voir la piscine de Golum.

Golum Pool

Bon, ok, même 500 mètres, c’est trop d’efforts pour mon genou qui a déjà bien assez pris sur lui. Alors, j’arrête, direction le parking de l’hôtel de ce soir, et on bouge plus !

Woooow vue dégagée sur les sommets

🦸 L’ARRIVÉE DES ATHLÈTES 🦸

16h, Coline est au point de rdv, et 1h plus tard c’est Cathy qui arrive ! Lessivées, mais ravies, mais lessivées ! Evidemment, elles en ont pris plein les yeux, mais ne m’ont pas encore partagé leurs photos ! (haaaaan les vilaines !) Alors si vous voulez rêver avec les paysages du Parc National du Tongariro, soit vous les harcelez à votre tour, soit vous matez nos photos de 2017 ! On avait eu super temps aussi 🙂 C’est par ici !

Ce soir, on prend possession de notre chambre au Skotel Alpine Resort, dans un cadre idyllique, vues sur les sommets. Ambiance chalet de montagne, avec lits superposés et salle de bain communes, mais au moins nous aurons chacune notre lit ce soir, et ça c’est du grand luxe.

N’attendez pas grand chose de nous ce soir, un verre de vin, un repas et au lit !

🎬 TOUTE BONNE CHOSE A UNE FIN 🎬

Samedi 23 novembre. Cette journée sera consacrée à rentrer tranquillement vers Papakura pour retrouver Ced pour le week end. Il était initialement prévu de faire du canyoning dans les grottes de Waitomo, mais nous avons annulé. Tout le monde est KO, on décide de ne pas faire de détour dans la région de Waitomo, et on se dirige simplement vers la maison des kiwis à Otorohanga.

Pas de bol, coupure générale d’électricité –> pas de lumière rouge –> pas de kiwi. Et oui, ce sont des animaux nocturnes et la lumière du jour (ou blanche) les dérange et les effraie. Bilan, pas de kiwi, on rentre à la maison.

Le roadtrip sur l’île du Nord touche à sa fin, mais les vacances ne sont pas finies ! Week-end entre nous, avec bonnes bouffes, repos, et un léger aperçu d’Auckland pour les touristes. Et puis aussi, préparation des valises, machines à laver, enfin retour de roadtrip quoi !

Lundi nous partons pour Christchurch, et une toute petite semaine sur l’île du sud, juste pour donner l’envie de revenir.

Découvrez encore plus de photos du roadtrip en famille ! RDV dans la Galerie NZ - 10 jours sur l'île du nord

%d blogueurs aiment cette page :